Article de la microfINANCE::

   >  Centre de Ressources  >  Articles  

Bilan des réalisations du PAMIF 2 : entretien avec M. Ousmane BA, Responsable Suivi-évaluation du projet
Le PAMIF 2 constitue le deuxième volet du Programme d’Appui à la Microfinance (PAMIF). Le PAMIF représente une part importante de la contribution du Royaume de Belgique à la mise en œuvre du Plan d’action de la Lettre de Politique Sectorielle de la Microfinance.

Le PAMIF 2 vise à « améliorer l’accès au microcrédit des populations rurales défavorisées de Diourbel, Fatick, Kaffrine et Kaolack, particulièrement des femmes et des jeunes ». Il est exécuté par une Unité de Gestion basée à Kaolack pour une durée de 3 ans (avril 2009 -septembre 2012) avec un budget de 4, 4 millions d’Euros.

Cet entretien réalisé avec le Responsable du suivi-évaluation du projet, M. Ousmane BA, a permis de faire le bilan des réalisations du PAMIF 2, en particulier aux niveaux de la professionnalisation des SFD, de l’extension et de l’adaptation de l’offre de services financiers, de l’amélioration de l’accès des SFD au refinancement et de la concertation au niveau local.

 

Nombre de Commentaires: 1

Auteur : Sakho Maguette
Email : sakhomaguette@yahoo.fr
publié le 2012-04-26 15:45:24



Améliorer l'accès au microcrédit des populations rurales défavorisées et particulièrement aux femmes et aux jeunes est une chose noble et cela permet de réduire la pauvreté et de prendre en compte cette couche de population exclus du secteur bancaire.
Mais on ne peut pas faire de la micro assurance sans au préalable avoir la santé.ces femmes et ces jeunes font des activités qui leur permettent d'avoir des microcrédits au prés des SFD. je pense que s'il n'ya pas la santé ils ne peuvent pas exonérer leur engagement vis à vis les SFD et les crédit accordés au monde rural il est très difficile de faire des gages ou des hypothèques. Exemple les éleveurs sont des romandes ce qui amène des fois des impayés et des difficultés de recouvrement, les agriculteurs ils sont à la merci du climat ce qui constitue des fois des pertes de récolte ou des calamités naturelles, de même que les pécheurs ils peuvent respecter leur engagement comme ils peuvent aussi avoir de mauvaise surprise. Sans compter les accidents, les décès les maladies. Tous ces facteurs constituent des freins pour les SFD. Ce qui nous amène à la première situation l'accès difficile au microcrédit pour le monde rural. Car ces SFD deviennent réticentes face aux mauvais payeurs. Pour dire ce projet doit être accompagné en amont et en aval par la micro assurance. Assurer l'accès au soin des populations à faible revenu sur l'assurance santé (prendre en compte le membre et sa famille), l’assurance récole (contre les calamités naturelle: la pluie, feu de brousse les criquets etc.), assurance décès (une prime minime annuelle avec une couverture de 1 millions au décès protège ainsi la SFD et le client), assurance warrantage (éviter de bazarder les récoles et les pertes dans les greniers et les magasins), assurance retraite.
Le nombre de SFD recensé par la cellule AT/CPTEC est passé de 37 en 1995 à 844 au 31 décembre 2006. Ces SFD constituent de nos jours un instrument privilégié de lutte contre la pauvreté car ils permettent le financement de la petite et micro entreprise et offrent à leurs membres ou clients toute une série de produits et services qui répondent à leurs besoins. Mais la majeure partie de ses membres ou clients sont exposés le plus souvent à une maladie ou à un accident, les poussant davantage dans la pauvreté à cause d’une protection inadéquate contre les risques liés aux problèmes de santé. Face à ces constats, des bailleurs de fonds et des organisations non gouvernementales (ONG) œuvrant dans le secteur de la micro finance ont commencé à s’intéresser au développement de produits financiers spécifiques, visant à diminuer la vulnérabilité des populations marginalisées, appelés produits de « micro assurance ». C’est ainsi que le secteur de la micro assurance cherche à se développer en collaboration avec les SFD pour aider plus de ménages sénégalais, généralement pauvres et exclus des services de l’assurance classique, à couvrir leurs risques. La micro assurance s’adresse aux populations à faible revenu du secteur formel ou informel, qu’elles soient issues du milieu rural, urbain ou périurbain. Elle recouvre une grande diversité de pratiques, que ce soit en termes de produit (vie, santé, etc.), ou d’acteurs (Structures financières décentralisées, compagnie d’assurance, etc.).

MSF Consulting en Micro Assurance



Envoyer nous votre commentaire sur cet article. Il sera en ligne des sa validation !:

Votre Nom : 1000 caractères au maximum
Votre Email :  
Commentaires:

Code généré :

Code de vérification

:

 
 


DERNIERS ARTICLES::



  publié le 30 Mars 2017
  publié le 30 Mars 2017
  publié le 05 décembre 2016
  publié le 21 Novembre 2016
  publié le 07 octobre 2016
  publié le 09 Aout 2016
  publié le 05 Juillet 2016
  publié le 27 Juin 2016
  publié le 2016-05-20
  publié le 2016-05-20