Niveau de mise en oeuvre ::

   >  La Lettre de Politique Sectorielle  >  Niveau de mise en oeuvre   

L’exécution du plan d’action a effectivement démarré en 2006 avec :

- Le programme de renforcement des capacités techniques et managériales des acteurs du secteur de la microfinance financé par l’Etat du Sénégal (130 millions FCFA) et déroulé en partenariat avec l’Association Professionnelle des Institutions de Microfinance d’Epargne et de Crédit (APIMEC) et le Programme de Renforcement des capacités des acteurs de la microfinance en Afrique francophone (CAPAF).La DMF a organisé au 30 juin 2007 : cinq sessions de formation de formateurs, huit sessions de formation décentralisée et trois sessions de formation institutionnelle ;

- L’organisation d’ateliers thématiques et de rencontres sur le secteur : deux rencontres du CNC ont été tenues, en plus d’un atelier sur le renforcement de la collaboration banques-IMF pour une meilleure qualité et un plus large accès aux services financiers (bancarisation de masse) ;

- La réalisation d’une cartographie numérisée et dynamique des IMF pour avoir une vision claire et partagée de l’évolution du secteur et son positionnement dans l’économie nationale, mieux localiser les institutions de microfinance (IMF), mieux connaître les zones géographiques défavorisées et les domaines d’activités financés ;

- Le programme d’appui à la lettre de politique sectorielle cofinancé par l’ACDI, le PNUD et le FENU (4,5 milliards FCFA sur 5 ans) ;

- Le programme d’appui de la Coopération Belge à la lettre de politique sectorielle (3,9 milliards FCFA sur 4 ans) dont la formulation, pour la première phase, est en cours (appui institutionnel, mise en place d’un centre de ressources et d’un centre de traitement informatisé) et la fiche d’identification de la seconde phase déjà conçue ;

- Le projet de création par la Coopération financière Allemande (KfW) de deux IMF pour améliorer et étendre l’offre de services financiers (1,77 milliards FCFA sur 4 ans) ;

- Le programme d’appui de la Coopération financière Allemande (KfW) aux IMF en vue du renforcement de leur partenariat avec les banques à travers des lignes de crédit et le financement d’études sur les mécanismes de refinancement et les fonds de garantie (5,247 milliards FCFA) ;

- Le projet d’amélioration de l’encadrement du secteur de la microfinance et de l’offre de services en milieu rural (AESOR) financé par l’Agence Canadienne de Développement Internationale (968 millions FCFA) ;

- Le projet d’appui de la Coopération Belge au Réseau des Mutuelles d’Épargne et de Crédit des Niayes (REMEC-Niayes) pour un montant 327 millions FCFA sur 3 ans.

dans la meme rubrique ::